Adolescents et aliments ultra-transformés : des risques de maladies cardio-vasculaires accrus

Plus de la moitié de l’apport calorique des adolescents est composé d’aliments ultra-transformés (Zhang et al.). Un chiffre bien supérieur aux 15% maximum énoncés dans la règle des 3V, et à baisser de plus que les 20% de diminution recommandée par le Plan National Nutrition Santé 2020.

D’où vient ce chiffre ? Quels sont ces effets délétères ? Ce sont les questions que nous nous posons pour mieux comprendre ces résultats.

Des risques déjà présentés dans d’autres études pour les adultes

Des études ont déjà démontré les effets délétères pour la santé d’un régime trop riche en aliments ultra-transformés.

Parmi ces effets, on note une forte augmentation des risques :

  • de diabète de type 2 (Srour et al., 2019);
  • d’obésité (Mendonça et al., 2016) et de prise de poids (Hall et al., 2019);
  • de cancer (Fiolet et al., 2019);
  • d’augmentation du stress oxydatif (Edalati et al., 2020);
  • de mortalités toutes confondues (Rico-Campà et al.2019);
  • et des maladies cardio-vasculaires !

des effets délétères pour la santé liés à la consommation d'aliments ultra-transformés

Ces derniers effets sont mis en avant suite à une forte consommation d’aliments ultra-transformés dans deux études de cohorte :

  • NHANES (National Health And Nutrition Examination Survey), basée sur sur plus de 7000 nouvelles personnes par an aux Etats-Unis
  • la cohorte Nutrinet-Santé sur 200 000 personnes en France.

Qu’indiquent alors les résultats ?

des résultats significatifs entre la consommation d'aliments ultra-transformation et les risques de maladies cardio-vasculaires

Ces études montrent chacune :

  • Une d’augmentation de 12% du risque de maladies cardio-vasculaires pour une augmentation de 10% de consommation d’AUT. (Srour et. al, 2019)
  • Pour chaque 5% d’AUT consommés en plus, les risques maladies cardio-vasculaires sont significativement augmentés. Par ailleurs, les aliments ultra-transformés représentent 55% des apports caloriques des adultes américains. (Zhang et. al, 2020)

Il est pertinent de noter que les résultats sont significatifs pour ces études, malgré leur nombre très différents de participants. Il y a en effet 10 fois plus de participants à l’étude française que pour l’étude américaine.

Une étude centrée sur les adolescents et leur consommation d’aliments ultra-transformés

Par la même cohorte NHANES, une dernière étude est parue en Novembre 2020, traitant des risques de maladies cardio-vasculaires liés à la consommation d’aliments ultra-transformés. Si la première étude de la cohorte sur le sujet traitait des adultes, celle-ci traite des adolescents (de 12 à 19 ans). Le nombre de participants s’élève à 5 565.

Qu’indiquent les résultats ?

une étude sur les adolescents et les aliments ultra-transformés

Deux chiffres sont à retenir pour cette étude :

  • Les aliments ultra-transformés représentent 66% des apports caloriques des adolescents (contre 55% pour les adultes).
  • Pour chaque 5% d’AUT consommés en plus, les risques maladies cardio-vasculaires sont significativement augmentés. (Zhang et al., 2020)

Les adolescents consomment donc encore plus d’aliments ultra-transformés que les adultes, participant aussi à un régime délétère pour la santé, qui augmenterait le risque de développer des maladies cardiovasculaires.

  • 139
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *