L’ajout de fibres dans les aliments : une fausse bonne idée ?

Une étude récente met en évidence un risque accru chez la souris de dysbiose et de cancer du foie, suite à une alimentation enrichie en un seul type de fibre (les fibres solubles).

Spoiler : l’ajout de fibres isolées est très courant dans la conception des aliments ultra-transformés afin de les faire passer pour sain grâce à la mention « enrichi en fibres ». Alors faut-il en avoir peur ? Détails.

l’ajout de fibres isolées est très courant dans la conception des aliments ultra-transformés

Nous nous intéressons ici à une étude parue dans la célèbre revue Cell, portant sur l’inuline, une fibre alimentaire soluble, issue de la racine de chicorée, et utilisée abondamment par certains acteurs de l’industrie agro-alimentaire. Cette étude fait notamment état de l’augmentation des cas de cancer hépatique chez la souris, suite à une alimentation grasse enrichie en inuline. Que faut-il penser de ces résultats ? 

 

Ce que dit l’étude sur la fibre Inuline

L’étude nous montre que des rats qui suivent une alimentation riche en graisse et enrichie en un seul type de fibre (ici une fibre soluble, l’inuline) sont plus à même de développer un hépatocarcinome.

En effet, la consommation d’inuline isolée engendrerait une dysbiose, c’est à dire un déséquilibre néfaste entre les bonnes et les mauvaises bactéries au niveau du microbiote. Ce déséquilibre conduirait ensuite à une fermentation excessive et à une diminution drastique d’acide biliaire (qui nous aide à digérer les graisses), puis à un cancer hépatique. 

Les chercheurs expliquent cela par l’accumulation de bactérie fermentescibles, provoquant in fine un arrêt des sécrétions biliaires (ou choléstase), suivi de la mort des hépatocytes. 

Une alimentation enrichie en fibres comme l'inuline, peut développer un hépatocarcinome chez le rat.

Au sein d’un régime global et équilibré, ces fibres et les bactéries qu’elles font proliférer sont bénéfiques pour notre santé. Mais, si l’on extrapole à l’homme les résultats de cette étude, il serait facile de s’alarmer.

En effet, un régime riche en matières grasses et en fibres solubles uniquement, par exemple dans le cadre d’une alimentation majoritairement ultra-transformée, pourrait s’avérer particulièrement néfaste pour le foie. Rassurez-vous, dans la réalité il est très peu probable de reproduire à l’identique l’équilibre (ou plutôt le déséquilibre) alimentaire testé dans cette étude.

 

Les aliments « enrichis en fibres » sont ultra-transformés

Les résultats de cette étude ne peuvent pas être extrapolés de la souris à l’Homme, il est donc trop tôt pour considérer la consommation d’aliments enrichis en fibres comme une cause probable de cancer du foie.

Mais cette étude doit tout de même nous amener à réfléchir sur notre alimentation. Ces ingrédients qui viennent enrichir artificiellement de nombreux plats sont-ils toujours aussi bénéfiques pour la santé qu’on nous le présente ?

 

Pourquoi l’inuline est-elle utilisée comme fibre ajoutée ?

L’inuline est issue majoritairement de la racine de la chicorée. Elle est la star des industriels qui ajoutent des fibres dans leurs aliments car peu coûteuse. On repère généralement les aliments concernés grâce à la mention « enrichi en fibre », car les industriels manquent rarement l’occasion de mettre en avant cet apport additionnel en fibres. La raison principale de la présence d’inuline dans certains plats semble donc être d’ordre marketing !

L'inuline, est l'ingrédient préféré de les industriels pour produire des aliments riches en fibres.

Une fois de plus, cette étude nous fait entrevoir les limites de la pensée réductionniste qui affirme le bénéfice d’ajouter des fibres isolées, simplement parce que ce sont des fibres, mais sans considérer ni leurs procédés d’obtention, ni la structure de la matrice alimentaire qui les contient.

C’est ainsi qu’un régime enrichi en seul type de fibres isolées, conformément au prisme réductionniste, et couplé à une alimentation riche en graisse s’avère dangereux pour la santé des souris. Or n’absorber qu’un unique type de fibre n’est possible que dans le cadre d’une alimentation particulièrement transformée, puisque les aliments bruts contiennent toujours deux familles de fibres dans des proportions différentes. 

 

L’ajout de fibres isolées, quel impact sur la santé ? 

Pour conclure, cette indifférence du réductionnisme à l’égard de l’effet matrice a de réelles conséquences : biodisponibilité altérée, impact sur la satiété et sur le transit digestif. Manger des nutriment isolés de leur matrice d’origine n’a jamais les mêmes effets que leur consommation au sein de cette structure complexe.

Alors pour conserver une bonne santé, misons sur des recommandations plus holistiques : mangeons équilibré et varié avec une majorité d’aliments bruts, de saisons et plus ou moins locaux. C’est la garantie de rester en bonne santé et de se protéger des aberrations nutritionnelles des aliments ultra-transformés.

  • 139
  •  
  •  
  •  
Julien Hernandez

L'auteur :
Julien Hernandez

Rédacteur scientifique, vulgarisateur, vidéaste amateur.

D’abord pris de passion pour l’alimentation, Julien s’est ensuite intéressé à l’élaboration des connaissances ainsi qu’à l’épistémologie de sa discipline. Après une formation de 3 années en nutrition humaine et sportive, il a voulu tenter l’expérience de vulgariser l’information scientifique dans ce domaine, expérience dont il est tombé amoureux.

Il écrit notamment pour LaNutrition.fr et Futura Santé et plus sporadiquement pour des plateformes de communication scientifique telles que Raccoursci. Il est aussi le créateur de la chaîne YouTube « Graine de savoir » où il réalise des interviews de chercheurs concernant les problématiques actuelles en alimentation sous tous leurs aspects.

Passionné de sciences en tout genre et de philosophie, il n’oublie pas de suspendre son jugement lorsqu’il se juge incompétent sur une question et tente de toujours aborder un problème dans son aspect multicentrique.

Pour Siga, Julien intervient comme rédacteur scientifique.

4 thoughts on “L’ajout de fibres dans les aliments : une fausse bonne idée ?

  1. Bonjour,
    Je suis bien désolé de lire cet article quand je vois le manque de recul évident dans le parti pris.
    D’une part il faut comprendre que l’inuline est utilisée dans l’industrie agroalimentaire essentiellement en reformulation des aliments, c’est-à-dire pour diminuer les quantités de sucre / gras dans les aliments. Ceci permet ainsi d’améliorer le profil nutritionnel des aliments, mais est rarement utilisé pour faire des allégations « riche en fibres », qui sont plus l’apanage des produits contenant des céréales complètes.
    D’autre part le lien entre cette étude et l’alimentation ultra-transformée me parait quand même un peu exagéré. La diversité des structures moléculaires de fibres présentes dans l’alimentation, qu’elle soit « ultra-transformée » ou non, ne permet pas de reproduire ce type de régime monolothique et contrôlé à l’extrême. Et pour un dénigrateur de l’ultra-transformation retrouver un régime supplémenté à 7.5% de fibres w/w, on est déjà sur des doses de cheval, et cela serait incroyable que dans la population générale 7% du poids des aliments soit représenté par des fibres. Pour parler d’ultra-transformation il aurait fallu un groupe qui consomme les mêmes quantités d’inuline par une source naturelle (via la chicorée ou l’oignon). Pas sûr que la toxicité aurait été moindre.
    Par ailleurs la discussion de ces résultats doit se faire à la lumière de tous les résultats montrant des effets bénéfiques de l’inuline, même seule, sur le métabolisme. Et des limites de chaque modèle animal qui peut être utilisé. J’aurais été beaucoup plus convaincu par une étude sur le porc pour aller sur des conclusions aussi tranchées…
    Les régimes monolithiques, en général, sont délétères pour la santé, et on le sait depuis longtemps. Voir les index de diversité alimentaire qui se lient assez bien avec des pronostics favorables sur la santé en épidémiologie.
    Bref M. Hernandez je suis un peu déçu que vous n’ayez pas respecté votre adage de « suspendre son jugement lorsqu’il se juge incompétent sur une question et tente de toujours aborder un problème dans son aspect multicentrique. » On est loin du compte sur cette publication.
    Cordialement,

    1. Bonjour Eric,
      Merci pour votre commentaire pertinent.
      L’ajout de fibres dans les aliments améliore sans aucun doute leur profil nutritionnel. Ce qui est contesté, c’est le fait que les fibres ajoutées artificiellement aient le même effet sur la santé que celles présentes naturellement.
      Pour information, nous considérons un aliment ultra-transformé lorsqu’il contient au moins un ingrédient purifié et/ou dénaturé de sa matrice d’origine, obtenus par des procédés technologiques relevant du cracking ou de la synthèse chimique. C’est bien le cas pour l’inuline.
      Nous restons disponibles pour répondre à vos questions. 🙂

      1. Bonjour
        J’entends votre réponse, mais le protocole expérimental ne permet pas d’appuyer votre conclusion ou hypothèse. C’est précisément ce qui me dérange, le fait d’utiliser un résultat d’étude qui n’appuie pas votre hypothèse pour essayer d’étayer celle-ci, et ensuite de l’enrober dans un article. Je réitère donc mon commentaire, « Pour parler d’ultra-transformation il aurait fallu un groupe qui consomme les mêmes quantités d’inuline par une source naturelle (via la chicorée ou l’oignon) ».
        Quant à parler de « cracking » et de « synthèse chimique », l’inuline est obtenue par extraction aqueuse avec de l’eau chaude il me semble…
        Désolé, mais je ne suis toujours pas convaincu du bien fondé de cet article sur la base de ce que vous commentez 🙂

        1. Bonjour Eric,
          L’inuline est bien un produit du cracking alimentaire (c’est à dire fractionnement de la matière première agricole) puisqu’il s’agit d’une fibre isolée obtenue par des procédés de purification physique et/ou chimique. A l’inverse d’une poudre de racine de chicorée, naturellement riche en inuline, dont les composés bioactifs protecteurs périphériques sont conservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *