Cohérence cardiaque : un allié pour mieux manger

La cohérence cardiaque est « un puissant outil de gestion émotionnelle du stress », selon le Dr O’Hare, un éminent spécialiste de la question. ​​Ce stress, lorsqu’il devient chronique, abîme à bas bruit l’organisme dans sa globalité et peut générer bien des perturbations dans son rapport à l’alimentation.

Les effets bénéfiques de la cohérence cardiaque, dont nous allons voir les principes et la pratique, sont nombreux. Dans les différents processus hormonaux et métaboliques impliqués dans la digestion au sens large, du choix des aliments à la digestion, cette technique de respiration permet d’avoir une relation harmonieuse avec son alimentation et de gérer son poids tout aussi harmonieusement. La cohérence cardiaque favorise, en outre, la mastication, la digestion (sécrétion des différents sucs notamment) et l’assimilation des nutriments apportés.

La cohérence cardiaque est, d’une manière générale, une bénédiction pour la régulation de la pression artérielle, la prévention du diabète de type 2 ou encore, la réduction de l’inflammation. Elle favorise également le renforcement de l’immunité et celui de l’adaptabilité de l’organisme. Elle aide aussi à retrouver calme et clarté mentale, à améliorer le sommeil, à prévenir le vieillissement prématuré et permet d’optimiser tous types de performances (sportives, cognitives, etc.). En somme, la cohérence cardiaque est un pilier de la santé globale.

Méditer

Les principes de la cohérence cardiaque

Il s’agit de pratiquer, pendant quelques minutes, une certaine respiration volontaire, à un rythme régulier, pour déclencher l’état de cohérence cardiaque. La respiration et le rythme cardiaque se synchronisent, suivis par les différents mécanismes hormonaux, neuronaux et biochimiques : le taux de cortisol (hormone impliquée dans les mécanismes physiologiques du stress) diminue et le système nerveux se met en mode « sécurité ». L’état physiologique en est alors modifié, au bénéfice de l’ensemble de l’organisme.

En pratique

Bien souvent, nous avons oublié comment respirer correctement. Les rythmes effrénés du quotidien et ses mille choses à faire ou à penser, souvent dans l’urgence, nous ont fait oublier un mode essentiel de la respiration, qui en devient inefficace. Celle-ci doit être lente et profonde, avec une inspiration qui part du bas, de l’abdomen, en prenant le temps, passé le diaphragme, de remonter vers le haut, au niveau claviculaire et thoracique. Pour expirer, faire le chemin inverse, tout aussi lentement : vider le haut, puis le bas.

La cohérence cardiaque peut s’effectuer de plusieurs façons. Nous avons opté pour celle du Dr O’Hare, qui consiste à prendre le temps de faire, 3 fois par jour, environ 6 cycles de respiration complète (inspiration et expiration, de bas en haut et de haut en bas), pendant 5 minutes. C’est la méthode 365. Les effets durant environ 4 heures, ces trois sessions quotidiennes couvrent les bienfaits toute la journée. Il est recommandé de les faire le ventre vide, soit au réveil et avant les repas. Pour être aidé, au moins les premières fois, placez une main sur votre ventre, une autre sur votre poitrine. Pensez aussi à sourire, ce qui envoie un message positif au cerveau, et à visualiser l’emplacement du cœur.

Cohérence cardiaque et cohérence alimentaire

Les différents métabolismes, dont celui de la digestion, fonctionnent en utilisant de l’oxygène et en rejetant du dioxyde de carbone (CO2). La perte de poids s’effectue principalement en éliminant du CO2, par l’expiration. Encore faut-il suffisamment respirer, en inspirant et en expirant profondément, afin d’oxygéner pleinement les cellules. Or, la cohérence cardiaque permet justement cette profondeur.

Quant au « mauvais » stress, des micro-stress quotidiens au stress chronique, il est intimement lié au cortisol vu plus haut qui, en augmentant, favorise le stockage des graisses, réduit la masse musculaire et perturbe la gestion des fluides corporels.

Stress

Certains, sous l’effet de ce stress, tendent à se dilater (prendre du poids), d’autres, à se rétracter (en perdre). Dans les deux cas, il y a un déséquilibre, qui n’est pas le fait du système nerveux autonome, chargé de réguler le poids, étant sous l’emprise de ce stress, qui en prend alors le contrôle. C’est à ce moment-là que le recours aux aliments réconfortants fait rage, entraînant la prise de kilos « émotionnels », généralement superflus. La cohérence cardiaque, en préventif comme en curatif, lorsque le système nerveux est sous l’influence de ce stress, permet de retrouver son calme et de se reconnecter à soi-même. Les signaux, tels que la faim et la satiété, ainsi que le plaisir gustatif sont alors délivrés et ainsi entendus, et non plus soumis au stress ou encore téléguidés par des déclencheurs externes, comme l’abondance de produits, les convenances sociales, le manque de temps, etc.

La cohérence cardiaque amène à un état psychique spécifique permettant d’équilibrer le système nerveux autonome, en douceur. Les repas sont ainsi pris en conscience et en toute sérénité, les comportements alimentaires et le poids, régulés.

Les outils pour démarrer

Il existe différentes méthodes pour déclencher la cohérence cardiaque et autant d’outils pour vous exercer. Nous recommandons l’application RespiRelax, mais il en existe d’autres. L’idéal étant, une fois familiarisé avec ce formidable outil, de pratiquer de manière autonome. Ainsi, vous gagnerez à être plus apaisé et en pleine santé.

Julie Lioré

L'auteur :
Julie Lioré

Julie Lioré est docteure en anthropologie et naturopathe.

Après plusieurs années de recherches appliquées sur les comportements alimentaires des jeunes, l’approche préventive et holistique de la naturopathie est venue compléter l’expertise du point de vue du corps et de la santé.

De cette approche transversale est née L’École des Aliments, un blog de pédagogie alimentaire sur lequel sont publiés des articles autour de l’interdépendance entre aliment, corps, santé et environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *