Comment le nutri-score peut induire les consommateurs en erreur ?

Suite aux modifications des habitudes alimentaires lors de ces dernières années, une bonne partie des aliments que nous consommons quotidiennement ont été altérés par les marqueurs d’ultra-transformation. Alors même que les effets sur la santé des aliments ultra-transformés sont non-négligeables puisqu’ils contribuent à certaines maladies chroniques, comme l’obésité, le cancer, le surpoids ou encore le diabète; ils représentent aujourd’hui  69% de l’offre alimentaire des supermarchés français .

À cela s’ajoute l’apparition de différents scores alimentaires, qui entrent en compte dans les décisions d’achats des consommateurs. Mais quand certains scores guident les consommateurs en se basant uniquement sur une sélection de critères nutritionnels, ils les induisent en erreur en mettant notamment en avant une large part d’aliments ultra-transformés.

nutriscore ultra transformes

À quoi se fier quand on sait que ces longues listes d’ingrédients inconnus montrent la présence d’aliments ultra-transformés, mais qu’ils obtiennent quand même un bon score nutritionnel A ou B ? 

Siga publie une nouvelle étude scientifique 

Pour continuer d’aider le consommateur à faire des choix éclairés, Siga a publié dans le “International Journal of Food Sciences and Nutrition” une nouvelle étude scientifique visant à déterminer l’interdépendance du degré de transformation et de la composition de 28 747 aliments emballés industriellement, représentatifs des assortiments de la grande distribution. 

L’objectif de l’étude 

L’objectif de l’étude était d’analyser trois systèmes de notation des aliments pour étudier l’interdépendance du degré de transformation et de la composition des aliments emballés industriellement. Pour cela, le Nutri-score et le système d’étiquetage des feux de signalisation (Traffic Light) ont été utilisés pour évaluer la composition nutritionnelle, et l’indice Siga a été utilisé pour évaluer le degré de transformation.

Les principaux résultats trouvés

supermarché

Les groupes avec les scores les plus favorables sur le plan nutritionnel, présentent  56,5% et 50,0 % d’aliments ultra-transformés. Des résultats très éloignés des 15% maximum préconisés dans la règle des 3V, et qui restent proches du taux moyen d’aliments ultra-transformés (69%) observé dans les rayons des supermarchés français.

En plus d’attester que Le Nutri-Score et le “Traffic Light” peuvent favoriser la consommation d’aliments ultra-transformés, l’étude de Siga montre que le Nutri-Score n’est pas nécessairement fiable pour mettre en avant une composition nutritionnelle la plus favorable.

Si les proportions de gras, sucres et sels ajoutés augmentent en allant du Nutri-Score A au Nutri-Score E, il n’y a pas de différence significative entre les compositions des aliments notés C et D par ce système. De plus, 29% et 57% des aliments notés A et B par le Nutri-Score contiennent au moins deux des trois types d’ingrédients culinaires ajoutés possibles entre les graisses, le sucre et le sel.

nutri-score et traffic light ultra transformes

Ces notes favorables au Nutri-Score, malgré la présence de gras, sucre, sel ajoutés, s’expliquent aussi en regardant les Marqueurs d’ultra-transformation (MUT) les plus courants.

Les MUT en question peuvent être des additifs (édulcorants, exhausteurs de goût…) ou non (des fibres, des isolats de protéines animales et/ou végétales, des arômes, etc.). Si ces MUT permettent de contrebalancer les critères nutritionnels pénalisants retenus dans ces scores, ils dénaturent l’aliment, qui devient ultra-transformé.

Les conclusions de l’étude sont claires 

score nutritionnel

Les critères lacunaires des scores nutritionnels conduisent les industriels à détériorer le potentiel santé de leurs produits, au détriment final du consommateur qui se voit présenter favorablement ces articles dans les rayons.

Un bon score  nutritionnel dans un aliment n’est plus intéressant lorsqu’il est composé d’ingrédients ultra-transformés. Donc le nutri-score et le Traffic Light ne permettent pas de manger sainement tant qu’ils ne permettent pas d’éviter les aliments ultra transformés. 

Les scores nutritionnels et de transformation ne sont pas complémentaires, mais obéissent à une hiérarchie fondamentale. Pour mesurer le potentiel santé d’un aliment et manger sainement il faut en premier lieu rendre compte de son niveau de transformation puis de sa composition nutritionnelle.

Pour vous aider, Siga met à disposition son application mobile gratuite, pour connaître le degré de transformation des aliments et ainsi choisir sans se tromper et sans culpabiliser. 

application Siga

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *